Facebook
Colonies de vacances pour enfants et adolescents
Rechercher une colo

Hiver : faire le choix du bon centre de vacances

Petit déjeuner en colonie de vacances

Un centre d'hiver de faible capacité permet de meilleurs échanges entre les enfants et le personnel permanent.

Les centres de vacances à la montagne sont réputés pour la chaleur de leur accueil. Pourtant, certains sont devenus de véritables usines qui accueillent plus de 150 enfants. Découvrez pourquoi Wakanga a fait le choix inverse.


Publié le 11/11/2012
Actualisé le 24/05/2016
Article lu 947 fois
0 commentaire

Les colonies de vacances à la neige ont toujours eu un franc succès. Après l’été, la période hivernale se hisse en seconde position des départs en colonie de vacances (1). Malgré des activités plus coûteuses et des prix de transports élevés, l’attractivité des colonies de vacances en hiver ne se dément pas.

Pour répondre à cet attrait, un important patrimoine de centres de vacances est implanté dans les Alpes, les Pyrénées et le Massif Central. Toutefois, durant les vingt dernières années, celui-ci a connu un sérieux coup de canif. Incapables de faire face à des coûts d’entretien et de remise aux normes, certains ont dû fermer leurs portes. En Haute-Savoie, on a dénombré ainsi la fermeture de 135 centres entre 1994 et 2004 (2).

Locaux étroits et partagés

Parmi les centres de vacances d’hiver qui ont survécu, beaucoup ont fait le choix de conserver une capacité d’accueil importante de plus de 100 personnes. Les coûts d’entretien du bâtiment sont ainsi répartis sur une assiette plus large. Ce choix économique a amené de nombreux centres à accueillir différents groupes simultanément, puisque rares sont les colonies de vacances qui font partir une centaine d’enfants d’un coup.

Mais parfois, cet impératif s’est fait au détriment de la qualité d’accueil. Les contraintes d’organisation sont pesantes, notamment en terme d’horaires, où la souplesse demandée par un directeur de colonie de vacances ne trouve pas toujours l’écho attendu auprès d’un responsable d’établissement. Même chose pour les locaux communs comme les salles d’activités, partagées entre plusieurs groupes : cela amène à des roulements d’occupation complexes et qui nuisent à l’appropriation du centre de vacances par les enfants.

Accueil exclusif pour Wakanga

Luge à la neige

Bien que les enfants passent beaucoup de temps à l'extérieur du centre, ils apprécient aussi d'y passer du temps au retour des jeux dans la neige. La qualité des locaux a donc son importance.

Avec sa colonie de vacances neige, Wakanga a fait un choix différent. Nous avons préféré un centre dans lequel la capacité d’accueil est supérieure à 100 personnes, mais où nous bénéficions d’un étage en exclusivité. A l’exception de la salle à manger, toutes les installations nous sont réservées. En outre, parce que le projet de Wakanga correspond aussi aux orientations éducatives de ce centre implanté dans le Massif Central, des aménagements d’horaires sont d’ores et déjà prévus notamment pour le petit déjeuner afin d’assurer un véritable lever individualisé.

Enfin, ce choix répond aussi à notre souci de tisser des liens entre les enfants et le personnel permanent de la colonie de vacances hiver. Une capacité d’accueil réduite permet des échanges plus nombreux avec l’ensemble des adultes présents dans le centre de vacances et non plus seulement avec les seuls animateurs.

(1) Pour l’année 2009/2010, 72,5% des départs en colonie de vacances concernaient la période estivale et 14,3% la période hivernale. Source : Chiffres clés de la fréquentation des séjours de vacances 2000/2001 à 2009/2010, Ministère de la Jeunesse et des Solidarités Actives.

(2) « Les colonies de vacances, domaine privilégie de l’éducation populaire », Jean-Marie CHAUVIN, L’Harmattan, p. 198.



Dans la même rubrique


Commenter cette page

Laisser un commentaire



Soyez le premier à commenter cette page !