Retrouvez Wakanga sur FacebookRetrouvez Wakanga sur TwitterLes colonies de vacances en vidéo
Mon espace personnelMot de passe oublié
Colonies de vacances été 2016 pour enfants et adolescents
Rechercher une colo

"Moi président" : une colo avec port de l'uniforme et remise de prix

Gymnastique en colonie de vacances

Ce nouveau séjour devrait favoriser à un retour à la discipline des enfants déviants.

Constatant la désaffection des colonies de vacances, Wakanga lancera cet été un séjour original bâti sur des propositions de candidats à l'élection présidentielle.


Publié le 01/04/2017
Article lu 3745 fois
1 commentaire

Les animateurs sont unanimes : si les colonies de vacances ne séduisent plus parents et enfants, c'est que leur contenu ne colle plus aux attentes d'un public qui a évolué. Et les encadrants eux-mêmes ne s'y retrouvent plus. "L'an dernier, j'ai fait une colo où les enfants pouvaient se lever à l'heure qu'ils voulaient. Comment leur inculquer le goût de l'effort si l'on encourage la paresse ?", relate Laura, qui a participé l'an dernier à un séjour en bord de mer avec des 8-12 ans.

Ce témoignage recoupe celui de nombreux parents et enfants, qui réclament des colonies de vacances au contenu révisé. C'est ainsi que Wakanga a planché pendant plusieurs mois sur une nouvelle idée de séjour, directement inspirée des programmes de certains candidats à l'élection présidentielle. "Nous avons trop mis l'accent ces dernières années sur la pédagogie, la communication non violente, l'écoute des envies des enfants, explique l'un des membres du conseil d'administration, sous couvert d'anonymat. Il est temps de rétablir l'autorité et le respect dans nos séjours".

Moins d'encadrants et des adultes multi-tâches

Première proposition choc du séjour "Moi président" : instaurer le port de l'uniforme pour les enfants. Il s'agira de créer un sentiment d'appartenance à la colonie de vacances et de renforcer les notions d'autorité, tout en évitant les manifestations de rejet. Un parent malicieux, qui souscrit entièrement à cette idée, nous a d'ailleurs glissé que cela éviterait de rendre des valises à moitié vides à la fin du séjour. "Les enfants pourront interchanger leurs uniformes sans souci ! Et en cas de perte, la colo pourrait fournir gratuitement un second uniforme", plaide-t-il.

Le taux d'encadrement sera également revu, s'inspirant par exemple des nouveaux taux appliqués dans le périscolaire. Avec 1 animateur pour 18 enfants (contre 1 pour 6 dans la majorité de nos séjours), Wakanga entend prouver que la qualité d'une colonie de vacances ne se mesure pas au nombre d'adultes présents. "Nos premiers tests montrent que l'usage d'un sifflet permet ainsi à un seul adulte de faire taire un groupe de 60 enfants. C'est plus efficace que nos méthodes précédentes", relaie un responsable pédagogique de l'association.

Ces mêmes adultes devront également endosser plusieurs fonctions. "Nous envisageons une double compétence pour nos équipes. Par exemple "animatrice-femme de ménage" ou "directeur-cuisinier" constitueront des emplois nouveaux, permettant d'alléger de 20% la masse salariale", explique un administrateur enthousiaste. Les économies générées ne seront pas utilisées pour réduire le coût du séjour, mais plutôt pour optimiser les placements financiers de Wakanga dans des paradis fiscaux.

Des colos protégées de la menace terroriste

Afin de valoriser le goût de l'effort, des remises de prix seront effectuées régulièrement pendant le séjour "Moi président". Le prix de l'enfant le plus obéissant sera ainsi remis quotidiennement. Une distinction spéciale sera également remise en fin de séjour pour les enfants qui entonneront la Marseillaise avec le plus de coeur. "Cela nous changera des sempiternelles chansons de colo qui donnent de nous une image vieillotte", assure une animatrice.

Enfin, face à la menace terroriste, ce nouveau séjour sera implanté dans un centre de vacances ultra-sécurisé, avec visiphone à l'entrée et grilles renforcées. Les contacts avec l'extérieur seront interdits. "On ferait courir un risque insensé aux enfants en organisant une sortie en forêt, argumente une directrice. Ils seraient une cible évidente. Mieux vaut les confiner dans le centre de vacances et leur projeter "Robin des bois" en remplacement".



Dans la même rubrique


Commenter cette page

Laisser un commentaire


Faber | Publié le 02/04/2017

Quel beau poisson! ça fait rêver!